Corpus des sources grecques

Bien que la littérature latine ait encore produit des auteurs de qualité au VIe s., ceux-ci sont restés silencieux sur l’Iran sassanide. Seuls les auteurs grecs s’y sont intéressés. L’œuvre des historiens les plus importants et les plus connus (Procope de Césarée et Agathias de Myrina qui avait pris sa suite) a déjà été bien étudié, mais d’autres — récemment (re)traduits et édités — méritent une analyse plus approfondie, même s’ils fournissent davantage de « détails » sur le règne de Khusro II (590-628) que sur son prédecesseur et grand-père Khusro Ier (531-579). Jean Malalas, l’auteur de la plus ancienne chronique byzantine sans grande valeur historique, est néanmoins une source de première importance pour l’histoire des mentalités au VIe s. (notamment les trois derniers livres de sa Chronographie jusqu’au règne de Justinien Ier) et nous fournit des éléments que ni Procope ni Agathias sont en mesure de nous procurer. Les fragments de l’œuvre de Ménandre le Protecteur, qui avait pris la suite d’Agathias, conservés dans les Excerpta de Legationibus de Constantin Porphyrogénète et dans la Souda donnent des informations sur des peuples « barbares » auxquels Byzance eut affaire (dont les Alains et les Perses). Le poète Georges de Pisidie fut contemporain d’Héraclius (règne de 610 à 641) et a été un témoin oculaire de la campagne en 622 de cet empereur contre les Perses. De même, Théophylacte Simocatta constitue une source essentielle pour les guerres de l’empereur Maurice Ier (582–602) menées contre les Perses et les Slaves. Il s’est également inspiré d’historiens de la fin du VIe siècle dont l’œuvre est presque entièrement perdue, comme Théophane de Byzance et Jean d’Épiphanie. Le Chronicon Paschale, rédigé au VIIe s., rapporte de nombreuses anecdotes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.