Corpus sigilliographique

Il va sans dire que les objets archéologiques sortis de terre constituent une source parfaitement fiable pour éclairer une époque. Parmi les bulles et les sceaux du corpus, quelques dizaines proviennent de fouilles officielles (Suse dans le Khuzistan, Qasr-i Abu Nasr dans le Fars, etc.). Cependant la majorité nous est parvenue par le biais de fouilles clandestines ce qui prive ces objets d’un contexte archéologique et du lieu de la découverte. Quoiqu’il en soit, les données que ces objets véhiculent reflètent une situation réelle bien qu’il soit parfois délicat d’en déterminer l’époque précise. En effet, même si les objets ont été découverts lors d’une fouille officielle, le contexte — souvent un genre d’archive — ne permet pas  vraiment de savoir à quel moment un sceau administratif était utilisé. Toutefois, on sait grâce au Mâdayân î Hazâr Dâdestân ou «recueil de mille jugements» que certains types ne voient le jour que sous Kawad I, père de Khusro I, d’autres seulement sous Khusro I. Et d’une manière générale, il n’est pas certain qu’avant les réformes administratives du VIe siècle, il existait des sceaux purement administratifs et épigraphiques, ce qui ne veut pas dire que ces administrations n’existaient pas puisque d’autres sources primaires les mentionnent. Un certain nombre de bulles administratives ont été attribuées à l’époque de Khusro I et de son fils Ohrmazd IV parce que des arguments existent (voir Bibliographie: Gyselen 2007) pour les attribuer à la même ‘archive’ que celle des bulles portant un sceau de spâhbed ou général en chef sur lesquel on trouve systématiquement le nom du roi (Khusro I ou Ohrmazd IV) sous lequel le général d’empire a servi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.